Vous qui arrivez sur l’un ou l’autre des quartiers de la paroisse,

Vous qui cherchez des informations sur les propositions pour les enfants, les jeunes ou les adultes,

Vous qui voulez participer à l’un ou l’autre des services de la paroisse,

Vous qui voulez-vous informer sur la vie de l’Eglise,

L’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) est heureuse de vous accueillir et se met à votre disposition pour répondre à vos questions.

PhotodesmembresdelEAPStJosephStGeorges

De gauche à droite : Éric Gaudy, Laurent Pagnac, Odile Gelin, Gabriel Gizard, Isabelle Bachelier, Pierre Lemaître, Marie-Françoise Guillaume, Dominique Deniaud, Laurence Denis, Michèle Matejka, Philippe Freville 

 

Notre paroisse est conduite par une équipe pastorale composée de deux prêtres : Pierre Lemaître et Emmanuel Fortineau et d'une laïque en mission écclésiale : Odile Gelin. Tous ont reçu une lettre de mission de l'évêque de Nantes (Jean-Paul James).

 

L'équipe d'animation paroissiale (photo ci-dessus) participe à la charge pastorale du curé en ce qui concerne l'animation pastorale de la paroisse.

 

Le conseil paroissiale aux affaires économiques veille à tous les besoins matériels en terme d'entretien des locaux et des équipements utiles à toutes les activités de la paroisse.

 

Pierre Lemaître

Curé

 

L'équipe

Croire ?

 

 
 
                           Aujourd’hui, on a coutume de dire que croire ne va plus de soi. Mais la foi en Dieu a-t-elle jamais été une évidence ? Bien sûr, il y eut une époque où aller à l’église le dimanche, vivre le sacrement, connaître son catéchisme, c’était la norme. Si pour beaucoup, ces pratiques étaient le signe d’une conviction profonde, pour d’autres elles relevaient davantage d’une convention sociale dans laquelle certains se sentaient enfermés. Mais aujourd’hui, rien de tel. La situation s’est même inversée puisque se dire croyant c’est souvent prendre le risque d’être jugé bien naïf, au mieux avec une sorte de condescendance, au pire avec mépris ou avec colère. On peut s’en désoler mais on peut aussi s’en réjouir car si l’aujourd’hui de notre foi répond de moins en moins à une injonction sociale ou familiale, il revient à la source de l’appel que Jésus fait à chacun d’entre nous de le suivre. Et cet appel exige que nous le mettions sans cesse à l’épreuve dans le secret de nos cœurs et dans les gestes de nos vies. Voilà qui peut s’avérer inconfortable. Non pas parce que les chrétiens sont minoritaires ou parce que ce monde serait mauvais, il ne l’est pas davantage qu’hier, mais bien parce que notre environnement actuel nous ramène à assumer notre pleine responsabilité de croyant, à réfléchir à ce que nous croyons, à le faire nôtre. Prenons un exemple : le Credo que nous répétons à chaque messe, est-il pour nous une formule apprise par cœur ou prenons-nous la peine de le dire en conscience, d’en peser chaque terme pour en vivre avec les autres ? Car croire, ce n’est pas seulement admettre que Dieu existe, c’est entrer en relation avec lui, c’est lui faire de la place.
 
                            
                              

lemessager

 

cliquez ici