Vous qui arrivez sur l’un ou l’autre des quartiers de la paroisse,

Vous qui cherchez des informations sur les propositions pour les enfants, les jeunes ou les adultes,

Vous qui voulez participer à l’un ou l’autre des services de la paroisse,

Vous qui voulez-vous informer sur la vie de l’Eglise,

L’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) est heureuse de vous accueillir et se met à votre disposition pour répondre à vos questions.

PhotodesmembresdelEAPStJosephStGeorges

De gauche à droite : Éric Gaudy, Laurent Pagnac, Odile Gelin, Gabriel Gizard, Isabelle Bachelier, Pierre Lemaître, Marie-Françoise Guillaume, Dominique Deniaud, Laurence Denis, Michèle Matejka, Philippe Freville 

 

Notre paroisse est conduite par une équipe pastorale composée de deux prêtres : Pierre Lemaître et Emmanuel Fortineau et d'une laïque en mission écclésiale : Odile Gelin. Tous ont reçu une lettre de mission de l'évêque de Nantes (Jean-Paul James).

 

L'équipe d'animation paroissiale (photo ci-dessus) participe à la charge pastorale du curé en ce qui concerne l'animation pastorale de la paroisse.

 

Le conseil paroissiale aux affaires économiques veille à tous les besoins matériels en terme d'entretien des locaux et des équipements utiles à toutes les activités de la paroisse.

 

Pierre Lemaître

Curé

 

L'équipe

D'un jardin à un autre

 

 
 
                            Avez-vous remarqué que les évè-nements de la semaine sainte commencent et se terminent dans un jardin : celui de Gethsémani (le Mont des Oliviers) et celui où se si-tuait le tombeau de Jésus. Il est dit que Marie Madeleine, déconcertée par le tombeau vide, s’est retour-née et a vu un homme qu’elle a pris pour le jardinier ; or c’était Jésus. Le jardin est déjà mentionné dès les premières pages de la bible : le jardin d’Eden (le paradis terrestre).
 
 
                           Le père Gabriel RINGLET, prêtre belge, dit qu’ « Entrer au jardin, c’est entrer en Genèse » car c’est entrer dans un lieu où on retourne la terre, où l’on sème, où l’on arrose et où des plantes nouvelles se mettent à pousser. Il est heu-reux que Pâques coïncide avec le renouveau de la nature. Cela nous aide à approcher le mystère de la résurrection de Jésus. « Il est tant de beauté dans tout ce qui com-mence. » a écrit le poète Rilke.
 
 
                             En allant au jardin, Marie Madeleine voulait accomplir les derniers rites sur le corps d’un défunt, pour l’aider à faire son deuil. Stupeur : la pierre a été roulée et elle ne voit que le vide. Qui a enlevé Jésus ? Et pourquoi ? N’était-ce donc pas assez de le tuer vivant ? Fallait-il encore le tuer mort ? Au départ, il n’y a pas eu la foi mais plutôt la peur, l’incompréhension. On peut penser que les disciples avaient tous rejoint leur région d’origine : la Galilée. Qu’est-il advenu ensuite ?
 
 
                       Le groupe des disciples et le groupe des femmes ont fait l’expé-rience que Jésus ne les avait pas abandonnés : il continue d’animer et de guider ceux qui l’ont suivi. En reproduisant les actes que Jésus avait posés, ils ont pris conscience qu’il les devançait, qu’il était plus vivant que jamais. Jésus s’est montré à eux à plusieurs reprises et cela a conforté ce que l’expérience les faisait pressentir : Jésus n’est pas resté prisonnier de la mort ; il est ressuscité.

 

lemessager

 

cliquez ici