Ce vendredi 8 novembre 2019 à 20 heures 30 à l'église St-Georges, le groupe jeunes des paroisses St-Georges-St-Joseh et Trinité de l'Euraudière donne une pièce de théatre

Vous qui arrivez sur l’un ou l’autre des quartiers de la paroisse,

Vous qui cherchez des informations sur les propositions pour les enfants, les jeunes ou les adultes,

Vous qui voulez participer à l’un ou l’autre des services de la paroisse,

Vous qui voulez-vous informer sur la vie de l’Eglise,

L’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) est heureuse de vous accueillir et se met à votre disposition pour répondre à vos questions.

PhotodesmembresdelEAPStJosephStGeorges

De gauche à droite : Éric Gaudy, Laurent Pagnac, Odile Gelin, Gabriel Gizard, Isabelle Bachelier, Pierre Lemaître, Marie-Françoise Guillaume, Dominique Deniaud, Laurence Denis, Michèle Matejka, Philippe Freville 

 

Notre paroisse est conduite par une équipe pastorale composée de deux prêtres : Pierre Lemaître et Emmanuel Fortineau et d'une laïque en mission écclésiale : Odile Gelin. Tous ont reçu une lettre de mission de l'évêque de Nantes (Jean-Paul James).

 

L'équipe d'animation paroissiale (photo ci-dessus) participe à la charge pastorale du curé en ce qui concerne l'animation pastorale de la paroisse.

 

Le conseil paroissiale aux affaires économiques veille à tous les besoins matériels en terme d'entretien des locaux et des équipements utiles à toutes les activités de la paroisse.

 

Pierre Lemaître

Curé

 

L'équipe

Je crois à la résurrection de la chair et à la vie éternelle

 

 
               Le « Je crois en Dieu » que nous récitons chaque dimanche contient plein de phrases qui nous paraissent bien mystérieu-ses. Nous sentons que chacune d’elles aurait besoin de nous être expliquée, qu’il y a des choses qui nous échappent derrière cette formulation d’un autre âge. La parole « Je crois en la résurrection de la chair » en est une.
 
 
              L’expression « Résurrection de la chair » renvoie à la résurrection de Jésus le matin de Pâques. La « chair » désigne toute la personne de Jésus, particulièrement sa vulnérabilité, sa fragilité, sa sensibilité et pas seulement son corps physique. Il y a eu la tentation chez des premiers chrétiens de penser que Jésus n’était pas vraiment homme : il en avait l’apparence mais sa vraie nature était divine. En réaction, saint Jean utilise le mot chair dans son évangile : « Et le verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous », « Ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du verbe de vie, nous vous l’annonçons. »
 

                           
                              

lemessager

 

cliquez ici