"Pendant cette période de confinement, nous sommes témoins de petits gestes qui demeurent invisibles. Voulez-vous qu'ils deviennent visibles ? Alors prenez votre plume et dites en quelques lignes ce qui vous a réjoui, étonné comme geste d'attention, d'entraide sur votre lieu de travail ou votre quartier ou ailleurs encore. Ils paraitront dans le Messager sous le titre "Paroles de confinés" Envoyez vos textes à  l'adresse ; "Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  avant le 18 décembre."
" La paroisse se doit de respecter de respecter les mesures de précaution demandées à tous les lieux de culte. Selon ces prescriptions, l'église St Georges peut accueillir 75 personnes et l'église St Joseph : 65 personnes.

Vous qui arrivez sur l’un ou l’autre des quartiers de la paroisse,

Vous qui cherchez des informations sur les propositions pour les enfants, les jeunes ou les adultes,

Vous qui voulez participer à l’un ou l’autre des services de la paroisse,

Vous qui voulez-vous informer sur la vie de l’Eglise,

L’Equipe d’Animation Paroissiale (EAP) est heureuse de vous accueillir et se met à votre disposition pour répondre à vos questions : Béatrice BABLOT, Matthieu BARRE, Muriel KLEIN, Eric GAUDY, Gabriel GIZARD, Sr Michèle MATEJKA, Pauline MEROT, Isabelle OUM et Pierre LEMAITRE.

Notre paroisse est conduite par une équipe pastorale composée de deux prêtres : Pierre Lemaître et Emmanuel Fortineau. Tous ont reçu une lettre de mission de l'évêque de Nantes (Jean-Paul James).

 

Mme Béatrice Bablot a reçu une lettre de mission comme Laïc en Mission Ecclésiale.

L'équipe d'animation paroissiale participe à la charge pastorale du curé en ce qui concerne l'animation pastorale de la paroisse.

Le conseil paroissiale aux affaires économiques veille à tous les besoins matériels en terme d'entretien des locaux et des équipements utiles à toutes les activités de la paroisse.

Pierre Lemaître

Curé

L'équipe

Notre quartier change
              

           Le 6 Janvier dernier, notre évêque est venu à la rencontre des paroisses de la zone pastorale Nantes Est. Le but de cette visite d’une petite journée était de découvrir notre zone pastorale et les personnes engagées dans l’animation pastorale : prêtres, L.E.M.E. et diacres. Une rencontre avec les 4 E.A.P. était envisagée mais le couvre-feu à 20 h 00 a rogné la fin de la journée.

 

           Un statisticien a étudié la vie des quartiers de Nantes. Les données statistiques qu’il nous a données confirment souvent les constatations que chacun peut faire mais dérange aussi des opinions toutes faites.

 

          Le point commun entre les 4 paroisses concernées est la croissance soutenue de la population. Les quartiers de l’est de Nantes pèsent 32% de la population de la ville. 25 000 habitants sont arrivés dans les 30 dernières années. Depuis 2012, le nombre d’habitants progresse à nouveau avec l’arrivée des familles. À noter que 30% des familles de la ville de Nantes sont monoparentales et cette proportion est plus élevée dans les quartiers populaires.

 

        Phénomène peu visible : 53% des logements de la ville sont occupés par une personne seule. Ces personnes sont majoritairement des femmes (personnes âgées ou étudiantes) sauf dans les quartiers populaires où ce sont majoritairement des hommes.

 

          Sur Nantes-Est, un quart de la population totale a moins de 20 ans, taux supérieur à la ville de Nantes. Cette proportion est plus forte dans les quartiers populai-res : entre 40 et 50%.

 

        En ce qui concerne l’emploi, 90% des 25-54 ans de Nantes-Est ont un emploi. Ce chiffre baisse à 80-85% dans les quartiers populaires. Cela est dû au taux d’activité féminine beaucoup plus réduit alors que le taux d’activité des hommes est identique à celui de la ville entière.

 

         La part des cadres ne cesse de progresser à l’Est de Nantes. Aujourd’hui c’est environ 30% des actifs de l’Est nantais qui sont cadres ou de profession intellectuelle supérieure. La question de la non mixité sociale se pose nettement dans les quartiers populaires.

 

        Les quartiers populaires sont fragiles économiquement. Ainsi, la part des ménages sous le seuil de pauvreté est de 16% sur Nantes. Pour la Halvêque et le Ranzay la part est de 34%. Pourtant les revenus de ces habitants dépendent fortement de l’emploi de ceux qui en ont. Il est important de retenir que les habitants des quartiers populaires vivent avant tout de leur travail et non des prestations sociales ou familiales ou de logement, contrairement à certaines allégations.

 

       En conclusion, le territoire de Nantes-Est est un territoire en fort développement démographique.

 

     Cependant, les inégalités entre quartiers ne cessent de s‘accroître. La crise sanitaire actuelle touchera plus les quartiers populaires que les autres territoires en raison de cette fragilité déjà là, notamment les personnes en emploi précaire et aussi les enfants.

 

Article rédigé à partir d’un document

produit par Hervé Guéry.

Pierre Lemaitre

                              

lemessager

 

cliquez ici